Alerte écologique sur le Haut-Doubs

02/01/2019

Alerte écologique sur le haut-doubs
Alerte écologique sur le Haut-Doubs.
Vous me permettrez que j’écrive à la 1ère personne, c’est mon pays 🙂
Le Haut-Doubs… Ah le Haut-Doubs…. Mon pays d’origine… Comme je l’aime…
Oui je vous entends déjà me demander si je suis vraiment de là puisqu’à moitié suisse je me sens de Suisse, ayant habité en Haute-Savoie j’y adore les paysages, installé en Ardèche je me délecte du massif Central, ayant passé 10 ans à faire des compétitions de vélo j’ai roulé un peu partout en France…
C’est un peu cela, je me sens un peu de partout où je suis passé, pourvu que la nature soit au rendez-vous… et que l’on y trouve de bons fromages…
Mais bon, le Haut-Doubs quand même c’est de là que je suis !

2019, année de l’écologie pour L’Art de la Fromagerie…
Je choisis donc le Haut-Doubs et un témoignage bien réel…
Pour ceux qui l’ignorent encore, le Doubs est le nom de la rivière qui prend sa source à Mouthe et file se jeter dans la Saône après Besançon.

Voici 2 photos, histoire de partager avec vous la nouvelle réalité du Haut-Doubs, pays du Comté, du Morbier, du Mont d’Or… Pays sublime de douceur avec ses paysages verdoyants (euh, pas toujours du coup…).

A gauche une photo prise à Villers-le-Lac dans le Haut-Doubs pendant l’hiver 2016/2017 lors de mon passage chez nos producteurs de Mont D’Or. Pour rappel, il s’agit de la fruitière des Jarrons (Mont D’Or boisé grâce à la pause de la sangle d’épicéa à chaud) et la ferme Mamet (unique Mont D’Or fermier). Le paysage est sublime. Le décor est fait de neige et de glace, le Doubs est à un niveau très correct et entièrement gelé. C’est un petit paradis pour le patin et la balade à voir une fois dans votre vie. Enfin, je vous le souhaite…
A droite, le Doubs cet été au même endroit. « Nique Besef » comme l’on dit, rien, « Nada », quasiment pas d’eau. La ballade s’est faite à pied sur les cailloux et l’herbe qui commençait à pousser dans son lit…

Oui, il y a une faille géologique dans le Doubs, en amont de Villers-le-Lac, qui a toujours absorbé une partie de l’eau du Doubs.
Mais là, quand même !

Il ne s’agit pas d’une lente évolution, à ce stade il s’agit d’une révolution dramatique.

Je n’accuse personne en particulier, j’encourage seulement tous ceux qui le peuvent à réaliser que c’est la somme de nos erreurs qui contribue à cela. Mais c’est surtout la somme de nos bonnes actions qui contribueront à l’inverse.

Plus que jamais, plus que jamais, à notre niveau, faisons ce que nous pouvons, soutenons une agriculture de qualité, sans pesticides et sans phytosanitaires. Choisissez des fromages issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement !
Demandez conseil à votre fromager. S’il ne sait pas répondre, alors changez de fromager !

Sylvain BASSET
Co-Gérant